L’Europe : une histoire pleine de bandes dessinées

Depuis les origines de la bande dessinée en Suisse et en Allemagne, l’Europe a toujours été un point de référence important et une source inépuisable de bandes dessinées qui divertissent encore aujourd’hui des millions de lecteurs.

Berceau du genre et terre de tradition, l’Europe semble avoir été éclipsée par les géants de la bande dessinée, les États-Unis et le Japon. Cependant, l’histoire de la bande dessinée commence sur le Vieux Continent, et nombre des titres les plus célèbres et les plus connus ont été créés sur son territoire.

La bande dessinée franco-belge

Source de certaines des meilleures bandes dessinées au monde, la tradition graphique francophone trouve en grande partie ses origines en Belgique, raison pour laquelle les deux nations sont considérées comme unies, du moins en ce qui concerne la production de bandes dessinées.

La bande dessinée francophone, ou “bande dessinée”, est née en tant que telle dans de petites bandes dessinées publiées dans les journaux au début du 20e siècle. En 1929, la première bande dessinée au format magazine telle que nous la connaissons aujourd’hui a été publiée : il s’agissait du premier numéro des Aventures de Tintin. Un Tintin très différent du Tintin d’aujourd’hui, politiquement incorrect et assez xénophobe.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses collections nationales et internationales ont été interdites de publication. Loin d’intimider les artistes, les limites encouragent leur ingéniosité, et c’est à partir de la fin des années 1940 que les titres les plus célèbres voient le jour : Astérix et Obélix, de René Goscinny et Albert Uderzo, Gaston Lagaffe et Spirou et Fantasio, d’André Franquin, Les Schtroumpfs, de Jef Nys, et ainsi de suite.

En avançant dans le temps, les titres ont progressivement diminué en nombre et sont passés d’un support à un autre. Les bandes dessinées les plus marquantes de ces dernières décennies sont Titeuf, créée en 1992 par Jean-Claude Camano et qui fait actuellement l’objet d’une série animée pour enfants, et XIII, une bande dessinée pour adultes de Jean Van Hamme qui est sortie en format jeu vidéo en 2003.

Bandes dessinées italiennes

Si la bande dessinée italienne peut être identifiée pour quelque chose, c’est pour sa tendance à briser les stéréotypes.

Appelés “Fumetti”, ces récits graphiques sont nés ici dans le magazine dédié au genre Il Corriere dei Piccoli, lancé pour la première fois en 1908. La première série régulière de la publication était Bilbolbul, mettant en scène un jeune garçon de couleur par Attilio Mussino. Le festival annuel de la bande dessinée à Bologne a également été nommé Bilbolbul.

Le mouvement fasciste voit dans les caricatures un puissant élément de propagande et c’est ainsi que les séries publiées sont restreintes et que l’on est obligé d’en créer de nouvelles au service de l’exaltation de l’héroïsme, du patriotisme et de la supériorité de la race italienne. Topolino, le nom italien de Mickey Mouse, a été épargné par la censure massive pour une raison plutôt anecdotique : l’amour que les propres enfants de Mussolini portaient au personnage.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’activité de la bande dessinée en Italie explose, bien que le matériel étranger ait toujours prédominé. Néanmoins, on peut souligner des séries comme Tex Willer, de Gian Luigi Bonelli, une version européenne de Cowboy dans laquelle les Indiens sont traités de manière bienveillante.

Diabolik est un autre exemple intéressant de la bande dessinée italienne dans sa rupture des stéréotypes : c’est la bande dessinée de l'”anti-héros”, qui place un méchant comme personnage principal et raconte ses tentatives répétées de commettre des crimes, bien que l’agression soit presque toujours sur d’autres criminels.

Humour espagnol, adaptations littéraires hongroises, aventures britanniques, petite contribution allemande : lisez l’histoire de la bande dessinée !

Bandes dessinées espagnoles

L’humour satirique a toujours été la caractéristique la plus récurrente dans l’histoire de la bande dessinée espagnole, communément appelée “tebeo”.

Sa naissance remonte à 1915 avec la publication du magazine Dominguín, mais ce n’est que deux ans plus tard qu’il est devenu populaire auprès des masses et a acquis son nouveau nom avec la sortie de la célèbre et pérenne publication TBO.

Avec la guerre civile et la dictature franquiste qui s’ensuit, la bande dessinée subit un revers dans sa production : de nombreuses séries sont interdites et celles qui restent sont fortement censurées. Cependant, la situation commence à se normaliser à partir des années 1940, et c’est au cours des décennies suivantes qu’apparaissent certains des dessins animés hispaniques les plus attachants : Zipi y Zape y Carpanta, d’Escobar et, à la fin des années 1940, Doña Urraca, de Jorge ; Mortadelo y Filemón et El Botones Sacarino, d’Ibáñez, à la fin des années 1950 et au début des années 1960 ; et la version particulière et très espagnole de Superman, de Jan López, Superlópez, publiée à partir de 1973.

Dans toutes ces séries, qui sont encore produites aujourd’hui, il y a une légère tendance à dépeindre les problèmes sociaux de manière critique, mais sans abandonner la gale qui les a rendues si célèbres, même au-delà des frontières espagnoles, à leur origine.

Bandes dessinées slaves

Dans les pays des Balkans et en Pologne, la BD nationale est très minoritaire, avec une forte prédominance de matériel étranger, notamment américain et franco-belge. En général, il y a eu une crise du milieu pendant les premières années du rideau de fer, les importations ayant été réactivées à partir des années 1960. Parmi les séries les plus lues, citons Mickey Mouse et Secret Agent X-9.

Un cas particulier parmi ces nations est la Hongrie, où il existe quelques titres intéressants, principalement connus localement sous le nom de “képregény”. C’est le cas d’Ernő Zórád, avec son adaptation en 1954 de Plutonia, un roman de l’écrivain russe de science-fiction Vladimir Obrouchev. Un an plus tard, les dessinateurs Sándor Gugi et Tibor Horváth ont uni leurs forces pour créer des bandes dessinées adaptées de la littérature classique qui diffèrent des librettos étrangers omniprésents.

C’est le début de l’âge d’or de la bande dessinée hongroise, mais malheureusement, après cette période de production nationale, la bande dessinée étrangère règne à nouveau, et ce jusqu’à aujourd’hui.

Bandes dessinées anglaises

Fortement liée à la bande dessinée américaine, l’histoire de la bande dessinée britannique commence en 1884 avec la série pour adultes Ally Sloper’s Half Holiday, de Gilbert Dalziel. Le potentiel du genre pour un public plus jeune a été rapidement pressenti, et c’est dans cette optique que DC Thomson a publié deux des bandes dessinées les plus anciennes du monde dans les années 1930 : The Beano et The Dandy. Ce sont les deux titres qui définissent le mieux la bande dessinée typiquement anglaise, et qui ont établi le format magazine pour le genre.

Malgré cela, les BD d’action et d’aventure sont les plus populaires, avec des titres tels que Valiant, de Scott Goodall et Tom Tully, ou Tiger, de Derek Birnage, au point que la société américaine Marvel s’intéresse au matériel créé et, en 1972, installe un siège au Royaume-Uni.

Ainsi, des séries comme Daredevils sont écrites par les auteurs américains Frank et Miller Stan Lee, mais aussi par l’anglais Alan Moore, et dessinées par les britanniques Alan Davis et Paul Neary.

En perspective

Si l’on considère la scène de la bande dessinée dans diverses régions d’Europe, l’Allemagne n’apparaît pas comme un pays ayant apporté une contribution majeure au genre. “L’acceptation culturelle de la bande dessinée en Allemagne est loin d’être aussi répandue que dans des pays comme l’Espagne ou la France”, reconnaît le professeur Grünewald, spécialiste de la bande dessinée. La raison n’en est pas la mauvaise qualité des œuvres, mais le manque d’enthousiasme populaire pour la narration graphique.

“Néanmoins, dit Grünewald, l’intérêt scientifique et éducatif pour la bande dessinée, ainsi que l’étude de l’histoire de la bande dessinée allemande, qui, contrairement à ce que beaucoup croient, n’est pas née en 1945 mais bien avant, rend impensable que cet art puisse un jour tomber dans l’indifférence ou l’oubli”.

Source : https://www.bdparade.com