LA MONNAIE LES TYPES :
CONTREMARQUES
TYPE 1 TYPE 2 TYPE 3 TYPE 4
Cette échelle de temps retrace les périodes de frappes des dupondius/as de Nîmes, ainsi que les frappes qui les ont précédées et inspirées, à partir de l'as de Narbonne (40 av. J.-C.). Étant entendu que la série des as de Lyon, Vienne et Orange (en fait des dupondius) sont la conséquence des as républicains au Janus, dont quelques exemples sont montrés sur ce site.

Au vu de cet histogramme, on constate qu'il n'y aurait pas eu de frappes de dupondius de Nîmes entre 3 av. J.-C. (fin des frappes du type III) et 10 après. J.-C. (début des frappes du type IV. Ce vide de 13 années paraît indiquer une interruption des frappes officielles, avant la reprise de celles-ci en 10 après J.-C.


- La première émission du monnayage au crocodile, très courte, est frappée en 28/27 av. J.-C. Les modules sont relativement lourds (de 14 à 25 g. environ) et rappellent les as de Lyon, Vienne et Orange, de par le style, dont nous verrons des exemples sur ce site. Il s'agit d'un dupondius.
- La seconde émission reprend les thèmes de la première frappe et ses représentations, mais les modules sont souvent plus petits. Les coins utilisés et les imitations gauloises se multiplient. Les frappes s'étalent environ de 28/27 av. J.-C. à 9/8 av. J.-C.
- La troisième émission (9/8 av. J.-C. à 3 av. J.-C.) se différencie par l’ajout d’une corona civica (couronne de chêne) sur la tête d’Auguste qui, jusqu’alors, était nue. Le poids augmente un peu (on revient à des poids plus normaux pour des dupondius) et les imitations gauloises diminuent fortement jusqu'à disparaître.
- La quatrième émission (dupondius, 10 à 14 après. J.-C.), se distingue par l’ajout des lettres PP de part et d'autre des portraits. Auguste a reçu le titre de Pater Patriae (Père de la Patrie) en 2 av. J.-C. Pour cette raison, certains numismates datent les premières frappes de ce type à partir de 2 av. J.-C. La couronne de chêne d’Auguste est remplacée par une couronne de laurier. Au revers, les fanions flottant au sommet de la palme sont nettement représentés par des serpents.